Activité à tester : détente et exploration !

Cette semaine, on vous présente une activité qui plaira à tout le monde : femmes et hommes, petits et grands, et toutes autres catégories qui vous parlent … Vous avez un corps et un esprit à relaxer et à explorer ?? C’est suffisant pour tester ! 

Evidemment, nous avons une pensée particulière pour les femmes enceintes car nous sommes certaines que les besoins suivants vont vous parler encore plus fort : Se relaxer. Détendre tous ses muscles. Se reposer. Se sentir légère comme une plume. Etre portée. Créer sa bulle. Se sentir zen. S’accorder une pause rien qu’à soi. Connecter avec bébé tout en douceur. C’est une activité 100% safe, douce à faire jusqu’à la fin de la grossesse, pour soi et pour le lien avec bébé.  

Qu’est-ce que c’est ? 

Flotter … Plusieurs raisons peuvent vous convaincre de tester : envie de vous reposer VRAIMENT, détendre tout votre corps de manière profonde et douce, envie de découverte et de jeu en testant un nouvel environnement qui va éveiller vos sens de façon nouvelle, envie d’explorer votre imaginaire en toute liberté et inspiration 

J’ai vécu l’expérience deux fois dans le centre Meiso à Paris et j’ai adoré. L’équipe est chaleureuse et sympa. Le lieu est accueillant et plein de surprises. Ils ont réussi à créer un cocon qui m’a fait me sentir en voyage et à la maison tout à la fois et instantanément. L’espace est vaste, lumineux, charmant et permet de se reposer, de jouer de la musique, de lire, d’écrire, de dessiner, de dormir, de méditer … On devient comme leur chat qui déambule dans la maison au gré de ses envies, d’une activité à l’autre. Je vous conseille de prendre du temps avant et après pour profiter à fond de l’expérience. Toutes les infos sont sur leur site : https://www.meiso.fr et ils sont hyper accessibles par message ou téléphone , ou même passez une tête si vous êtes dans le quartier.

Maité, la co-fondatrice m’a fait le plaisir d’en dire plus sur l’histoire du lieu et sur la flottaison. Encore merci à elle et bonne lecture les amis ! 

Comment vous est venue l’idée ?

A la base c’est une idée d’Alexandre qui est designer et qui s’intéressait à la méditation et comment favoriser la méditation par le design et l’environnement de vie. Il a découvert la flottaison et les expériences d’isolation sensorielle. Il s’est rendu compte que c’était en plein essor à l’étranger, notamment au Canada et aux Etats-Unis. Constatant une absence en France, il a creusé la question et c’est resté dans un coin de sa tête. On s’est rencontré fin 2012 et on a décidé de se lancer dans le projet en mars 2013. Quand il m’en a parlé, ça m’a tout de suite touchée, moi qui étais très intéressée par le lien entre le corps, la conscience, les émotions, le pouvoir de la pensée sur le corps. J’avais ces questions à coeur, notamment par rapport à mes expériences de la maladie et du soin et j’ai tout de suite été sensible à la démarche. J’étais convaincue qu’il y avait un champs des possibles incroyable pour travailler notre rapport au corps et à la relaxation pour accompagner le bien-être et le soin. La flottaison a fait pleinement sens pour moi et pour nous : faire en sorte que les personnes vivent leurs expériences selon leurs besoin : récupération en cas de grande fatigue, méditation, relaxation, détente, etc… Les raisons d’y venir sont variées. 

Quelle a été votre première expérience ? 

On est allé à Londres la première fois pour flotter. On a encore davantage perçu tout le potentiel pour le soin, la relaxation et aussi la créativité. On est revenu avec plein d’idées d’activités, de partenariats, de soirées, etc.. On était super enthousiastes et aussi inconscients de la réalité, comme un début de relation où on voit pas ce qui va être compliqué et challengeant. On était juste portés par l’élan de la relation et du projet.

Les centres visités vous ont-ils inspirés  ?

Ce qu’on avait expérimenté à Londres, c’était plutôt comme un spa. Ils offraient vraiment la flottaison seule, brute, sans expérience autour. On flotte et on s’en va. L’espace était minimaliste: pas de design, des chaises en plastique, une douche et voilà. Ça nous a permis de confirmer l’intérêt pour la flottaison mais on savait dès le début qu’on souhaitait offrir une expérience complète autour de la flottaison, avec un univers bien à nous.

Comment s’est passé le passage de l’idée à la création ? 

On a décidé de travailler notre idée. Alex en a fait son projet de diplôme. Ça nous a pris 1 an et demi, 2 ans pour fabriquer le produit et le premier caisson de flottaison. On l’avait fabriqué à l’école, chez ma mère en Picardie, et on l’a installé dans un espace de coworking – la paillasse – en sous sol. C’était vraiment le démarrage. Et tout est allé très vite avec l’engouement du public, la cabine était bookée tout le temps. Ce premier espace a permis de financer la suite et Florent nous a rejoints pour développer. Son arrivée a permis de soulager Alex avec tous les travaux au nouveau local qui étaient éprouvants physiquement, Ils ont fini les cabines les unes après les autres. On a également développé tout le système de pilotage, de son et de lumière, la filtration, les capteurs de température, de PH, etc. Tout ces choses en partie invisibles qui nous sont hyper utiles pour optimiser l’expérience des flotteurs et notre organisation à nous. Aujourd’hui ça fait plusieurs mois que tout est achevé et ça dépasse tout ce qu’on pouvait imaginer : l’élargissement de l’équipe, l’apport que chaque maitre-flotteur apporte de nouveau et de frais, la satisfaction des flotteurs qui reviennent. 

Quel est le profil des flotteurs ?

C’est assez varié et ouvert à tous. A partir de 12 ans, par sécurité et par tranquillité on prend pas des enfants plus jeunes car on offre pour l’instant des expériences individuelles. Mais à part ça, c’est très varié. Beaucoup de jeunes actifs viennent nous voir car ils sont ouverts à ce genre de choses. C’est une génération sensibilisée au stress, à son impact sur la santé et le corps, et qui sont désireux de se faire du bien. 

Les premiers moteurs à flotter : la curiosité et le désir d’expérience nouvelle ; le besoin de détente et de relaxation ; et le soulagement de douleurs. 

Et pour les femmes enceintes ?

On préconise d’attendre le 6ème mois car c’est une des rares activités que les femmes enceintes peuvent encore faire qui détende profondément, qui ne demande aucun effort physique et qui ne comporte aucune gêne. Au contraire flotter, se laisser porter en douceur, soulage le bas du dos et elles peuvent retrouver la position allongée sur le dos ou même sur le ventre si elles mettent une frite, sans se sentir oppressées ni gênées, avec un relâchement total du bas du dos, des cuisses. Aussi, elles se connectent avec leur bébé et ressentent vraiment ce qui se passe à l’intérieur. Et puis ça leur fait du bien d’être portées à leur tour. 

On évite une semaine avant l’accouchement. Nous avons eu une fois une femme qui a flotté à 8 mois et quelques de grossesse. Elle a accouché la nuit qui a suivi la flottaison et elle nous a dit qu’elle pensait que la détente avait joué. Je ne sais pas si c’est le cas, je ne crois pas, mais en tout cas c’est un moment de détente à expérimenter et à s’offrir si on le souhaite. 

On a déjà eu un couple accompagné par notre ostéopathe. Ça s’est très bien passé. Elle est assise dans l’eau en combinaison, elle accompagne par des touchers et manipulations très douces. Elle a même une spécialité pour les nouveaux nés, ici au centre et à domicile. Il faut passer par le centre pour réserver une séance avec notre ostéopathe, ce n’est pas encore ouvert à la réservation en ligne. 

Peut-on flotter à deux ?

On ne le fait pas pour l’instant. L’expérience est individuelle. C’est un moment à soi où on n’est plus dans un rôle, on n’est plus la copine, la femme, la mère de … On se retrouve seul.e avec soi, et on se relâche complètement. Mais pourquoi pas à l’avenir développer une expérience à deux, on a des idées. Il y a sans doute des choses à faire pour les couples, en expérimentant de façon encadrée et accompagnée une autre expérience de la sensualité, du rapport au corps, de la communication non verbale. Mais pour l’instant on préfère se concentrer sur l’expérience individuelle. 

Des conseils pour optimiser l’expérience ?

Prendre le temps avant et après la flottaison. Souvent les gens qui ne le font pas nous disent, regretter ensuite de pas avoir profité de l espace. On recommande donc de prolonger l’expérience et de ne pas replonger immédiatement à l’extérieur en se pressant. Surtout les femmes enceintes ! J’ai remarqué qu’elles ont souvent un emploi du temps de ministre hyper prenant, elles ne se ménagent pas, et elles prennent peu du temps pour rien, juste pour elles. Donc je conseille de s’organiser pour faire de ce moment une vraie bulle de détente et de plaisir. 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s