A la rencontre de … Vincent

Nous sommes très heureuses d’accueillir le témoignage d’un papa pour la première fois dans nos interview de parents. C’est un challenge pour eux aussi de « devenir père ».

Aujourd’hui, nous partons à la rencontre de Vincent, le papa de Fleur, 4 mois. Vincent nous raconte comment il a vécu la grossesse de sa femme, Capucine, de ce que la naissance de Fleur lui a fait réalisé. Il nous raconte son point de vue de « père de fille » et comment il a souhaité s’investir auprès d’elle le plus tôt possible.

Si tu devais choisir trois mots pour décrire comment tu as vécu l’attente de ton enfant, quels seraient-ils ?  

Joie, fierté, impatience. La joie immense d’être papa. La fierté d’être papa et d’être avec la femme élue de mon cœur pour nous lancer dans cette aventure. L’impatience que notre trésor arrive.

Comment tu t’informais à l’époque ? Quelles étaient tes ressources pour répondre à tes questions ?

Par une amie Doula 🙂 Grâce à la Maison des maternelles aussi, conseillée notamment par cette amie Doula. Et en échangeant avec d’autres parents, dont les miens. Mais surtout LMDM.

Quelles étaient tes plus grandes craintes ? 

En matière de santé, pour le bébé et la maman. Quand nous avons fait le test ADN pour la trisomie 21 notamment. Et la fatigue et les maux de la maman: j’étais inquiet mais pas outre mesure. Et la maman a surmonté les maux de la grossesse donc les inquiétudes se sont apaisées. Ensuite il y avait l’inquiétude que l’accouchement se passe mal. Mais là encore, il s’est plutôt bien passé. Grande fierté de la maman, quelle prouesse (on aurait dit The Hulk !)

Pendant la grossesse et les premiers mois après l’accouchement : qu’est ce qui t’a le plus aidé ? Le plus manqué ? 

Ce qui m’a le plus aidé c’est ma proximité avec ma femme, notre « solidarité », ça sonne galvaudé, ça ne l’est pas. On est réellement plus fort à deux. Quand l’un est fatigué, l’autre soutient et vice-versa.

Ce qui m’a manqué, je ne sais pas. On a pas mal d’infos aujourd’hui je pense. Un entretien pré-natal avec une sage-femme bienveillante: elle s’agaçait des questions légitimes de ma femme sur les conditions d’accouchement à la maternité (nombre d’épisiotomies, déclenchements…..) alors qu’elle aurait pu répondre avec bienveillance.

Et des informations sur les bosses de bébé qui peuvent être impressionnantes à la naissance mais se résorbent très vite.

Es-tu manuel, créatif ? L’as-tu utilisé pour créer des choses pour ton bébé ? 

Je suis manuel (fils d’artisan, j’ai pas eu le choix) et je peux être créatif mais plus sur mon piano (médiocrement) qu’en créant des objets. En revanche, j’ai assemblé tous les meubles qu’il fallait pour bébé avant son arrivée 🙂 Donc lit, berceau, table à langer, petite commode. Puis, après la naissance, montage d’un parc avec plateau à trois niveaux, super pratique.

Si tu avais déjà une entreprise, est-ce que tu l’as vécu différemment ? Si non, as-tu eu des envies d’entreprendre ? Est ce que ça a changé quelque-chose dans ton rapport au travail ? 

J’ai -toujours- envie d’être au foyer pour m’occuper de ma fille. Mais je n’ai pas encore gagné au loto. Ce qui a changé, c’est que je me suis astreint à partir à une heure « correcte » du boulot pour ne pas rater les soirées avec ma fille et ma femme et je me suis mis à 80% pour six mois, pour garder ma fille les lundis.

Et, plus généralement, je suis devenu très sensible à la conciliation vie privée-vie pro. Ce qui n’est pas très en vogue dans l’administration où je travaille. Les gens se plaisent à montrer qu’ils travaillent sans compter. Pas moi. Ma priorité c’est ma famille et je le répète au travail. Mais j’ai bon espoir que les mentalités évoluent, nous sommes de plus en plus nombreux à le penser.

Est-ce que tu as trouvé difficile de t’affranchir des règles culturelles, sociales, familiales ? Lesquelles en particulier ? Qu’est ce qui t’a aidé à définir ta propre voie ? 

Comme je le disais en répondant à la question précédente, un homme qui cherche à s’impliquer dans sa vie familiale ça reste encore peu courant, du moins dans le ministère où je travaille. Mais quand je dis aux gens que je suis à 80% pour garder ma fille, finalement les réactions sont plutôt positives. Mes collègues sont plus souvent étonnés que négatifs. Je pense qu’il faut juste lancer un mouvement.

Qu’as-tu découvert sur toi en devenant papa ? Et sur ta compagne devenant maman ?

De moi, j’ai eu la confirmation que je détestais les discriminations. Aujourd’hui, père et mari de filles, je ne comprends pas que les inégalités femmes-hommes persistent. Donc devenir père d’une petite fille a aiguisé mon féminisme. Pas une découverte mais un affutage. Sinon ça m’a confirmé que j’avais toujours rêvé d’être papa et que cela allait me plaire.

Ca m’a confirmé que c’est la même chose pour ma femme. Je crois que nous avons dû ressentir ça chez l’autre: cette envie de fonder une famille.

Quelle est l’étape de préparation de l’arrivée de bébé que tu as préférée ? 

Les échographies car je voyais bébé et prenait conscience, visuellement, de la réalité de son arrivée.

Construire les meubles, là encore parce que c’était la traduction qu’on entrait dans le concret. Coller les lettres de son prénom sur la porte de sa future chambre m’a beaucoup plu.

Désolé, je cite une troisième étape: les séances de préparation à la naissance avec ma femme, parce que nous étions tous les deux, parce que j’avais l’impression de pouvoir m’impliquer et l’aider concrètement.

Comment voyais tu ton rôle par rapport à la mère, est ce que ça a évolué pendant la grossesse et après la naissance? 

Jusqu’à la fin du congé maternité, la maman a le rôle principal. Elle porte l’enfant, connaît des maux physiques, plus ou moins, et surtout fournit l’effort incroyable de l’accouchement. Puis, épuisée, pour celles qui ont la chance que ça fonctionne, elle allaite. Donc ça le papa ne peut rien faire à sa place. Par contre, le tout génère beaucoup de fatigue et la fatigue peut aussi conduire à des moments de tristesse ou autre.

Le rôle du père est fondamental: un pilier, un étai, un soutien, un sparring partner…..je le vois comme le manager ou l’entraineur d’un grand sportif (sachant que la prouesse d’un Usain Bolt est mille fois en dessous de celle de donner la vie, je préfère préciser mon avis) : il n’est pas la star mais celui qui aide à réaliser la prouesse, à permettre que les conditions de réalisation soient optimisées et qui soutient l’athlète dans sa phase précieuse de récupération.

Avant la grossesse, le papa est surtout un soutien psychologique notamment pour une première grossesse avec tout ce qu’elle entraine de chamboulements physiques et psychologiques pour une jeune maman. Puis, à mesure que la grossesse avance, et, surtout, lors de la naissance et après, le papa doit se doubler d’un super-intendant, d’un chargé de com aussi pour faire tampon entre la maman, le bébé et le reste du monde.

Le papa moderne c’est ça: il sait ce que signifie charge mentale et il fait tout pour la réduire, et la partager.

Et puis, last but not least, il est là pour, lui aussi, entourer le bébé d’amour.

Si tu pouvais créer ou contribuer à quelque chose en rapport avec la parentalité , qu’est-ce que ce serait ?

Ce serait un service: une autorité nationale qui veille au respect d’un congé paternel aussi long que le congé maternel (qui aurait bien sûr été imposé). Et qui serait une « police » du respect de la vie privée/vie pro dans les entreprises et administrations.

Ce n’est pas de la naïveté bon sang: Google soigne ses employés parents, ce sont des enfants de coeur? Et notre taux de natalité commence à se tasser donc on veut rejoindre les pays vieillissants ?

Cette autorité ou agence pourrait aussi aider les mères isolées à moins l’être. Pourquoi pas des déclinaisons du service civique qui consisterait à proposer aux jeunes d’aider des jeunes mères seules dans leur premières semaines de suites de couche?

Des parents mal dans leur peau, ce sont de futurs enfants mal dans leur peau….Si on aide au départ, on lutte assurément contre les problèmes d’échec scolaire puis de chômage, délinquance…..

Si tu devais choisir une vertu, qualité que tu aimerais offrir à ton enfant pour l’aider à vivre une vie heureuse, quelle serait-elle ?

L’humour. C’est la plus haute vertu. C’est la meilleure protection contre la dépression pour les personnes un peu lucides: comment être vraiment malheureux et dépressif ,ou pessimiste, quand on prend les choses avec humour.

L’humour implique de la générosité : on aime souvent le partager.

L’humour signifie la bienveillance: on est jamais aussi dur quand on en fait preuve, que les personnes qui en sont dépourvues.

Bref…..l’humour.

Si tu attendais un nouvel enfant  aujourd’hui, que ferais-tu différemment ? 

Contrôle des visites: plus étaler les visites post-naissance pour préserver la maman.

Contrôle de la télé : La Maison des maternelles (Laurence Rameau en fait) vient de nous apprendre le 7 ou le 8 mars 2018, que, même quand un enfant ne regarde pas la TV, c’est mauvais pour lui….sans doute les sons un peu agressifs parfois. Du coup fini la télé quand la petite est dans la pièce.

Sinon, on aura vu beaucoup de nouveaux épisodes de LMDM d’ici là donc on sera forcément mieux informés.

Pas meilleurs, parce que je crois qu’être parent ce n’est pas une performance. Quand j’entends des gens affirmer être « des bons parents », j’ai le sentiment qu’ils sont à côté de la plaque. Je crois plutôt que c’est une question d’amour à apporter et à entretenir, d’humilité parce qu’on fera toujours des conneries et qu’il faudra toujours apprendre de nouvelles choses. L’agence nationale préconisée plus haut pourrait d’ailleurs sanctionner les donneurs de leçon péremptoires et les « partageurs » d’expérience d’accouchement sordides.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s