A la rencontre de … Anne-Laure

Anne Laure, 33 ans, est la maman de Jean, 18 mois et Louise, 6 mois. Elle nous raconte ses maternités, son choix de s’arrêter professionnellement pour être disponible pour ses enfants et son rapport au regard des autres. Assumer ses choix d’éducation, évoluer dans son parcours de femme : autant de questions qui animent Anne-Laure !

Si tu devais choisir trois mots pour décrire ta grossesse, quels seraient-ils ?  

Émotion – Fatigue – Émerveillement / Inconnu (trois mots c’est trop dur)

Comment tu t’informais à l’époque ? Quelles étaient tes ressources pour répondre à tes questions et envies ? 

Pour mes questions, le suivi de ma grossesse et aussi mes nombreuses angoisses, j’ai beaucoup lu sur internet. De nombreux sites proposent un petit résumé du déroulement de la grossesse semaines après semaines. Il y a de tout, des articles ou commentaires intéressants mais aussi beaucoup de témoignages inutiles et anxiogènes. J’ai beaucoup discuté également avec la sage femme auprès de laquelle j’ai fait ma préparation à l’accouchement.

Enfin, ma cousine et ma belle sœur qui ont été enceintes avant moi ont également été un précieux soutien. Pour mes envies (religieuse au chocolat !) et mes angoisses (quand aller à l’hôpital notamment), mon mari a joué un bon rôle de régulateur. J’ai peu lu de livre, même pas le sacro saint Pernoud. Et j’allais oublier les replays des maternelles !!

Pendant la grossesse et les premiers mois après l’accouchement : qu’est ce qui t’a le plus aidée ? le plus manqué ? 

Ce qui m’a le plus aidé : mon mari évidemment et mes parents. C’est toujours le cas aujourd’hui. Je ne sais vraiment pas comment j’aurai fait sans eux. Leur aide et leur soutien ont été indispensables. J’ai également reçu une aide précieuse et un accompagnement rassurant de la part de la PMI de mon quartier et surtout d’une conseillère en lactation qui est venue chez moi pour m’aider alors que mon allaitement connaissait un démarrage compliqué. J’ai par ailleurs beaucoup consulté le site de la Leche League que je trouve un peu extrême sur certains points mais qui reste, de mon point de vue, un des meilleurs sites pour les mamans allaitantes. Il est vraiment très complet.

Ce qui m’a le plus manqué : le sommeil et la patience (et c’est toujours le cas…).  Malgré tout le soutien que j’ai pu recevoir, je me suis parfois sentie très seule. Notamment face aux pleurs et lorsque mes enfants refusent de dormir. Ils refusent beaucoup les siestes.

Etais tu manuelle, créative avant la grossesse? De quelle façon ? Qu’est-ce que ça t’apportait ?

Je ne suis pas franchement manuelle même si le travail manuel peut m’amuser et je ne suis pas très créative non plus. Mais j’ai de l’imagination. J’aime beaucoup cuisiner. La cuisine me détend et surtout j’aime manger, bien manger. Et ça participe d’une démarche plus globale dans ma vie d’avoir un comportement sain et raisonné. C’est très « bobo » mais j’essaie de manger bio et de saison, moins de viande, pas d’espèce en voie de disparition….

Pendant ta grossesse, est-ce tu as vécu ta créativité différemment ? Te sentais tu avec des ressources ou des contraintes particulières, différentes d’avant ?

Non la grossesse n’a rien changé au niveau de ma créativité. Je n’ai pas eu plus ou moins d’envies créatives. J’ai vaguement tenté de me mettre au tricot mais c’est trop compliqué ! En réfléchissant, j’aimerai bien savoir coudre et tricoter.

Si tu avais déjà une entreprise, est-ce que tu l’as vécu différemment ? Si non, as-tu eu des envies d’entreprendre ? 

Je n’avais pas d’entreprise et n’ai pas eu l’envie d’entreprendre durant la grossesse. Au contraire, Avoir des enfants a été un défi suffisant pour moi. Maintenant qu’ils sont là et que ma dernière commence à prendre des biberons, je commence tout doucement à réfléchir à une activité qui pourrait être, pourquoi pas, une entreprise, mais aucun projet concret pour l’instant.

Est-ce que tu as trouvé difficile de t’affranchir des règles culturelles, sociales, familiales ? Lesquelles en particulier ? Qu’est ce qui t’a aidé à définir ta propre voie ?

J’ai décidé d’arrêter de travailler pour m’occuper de mon premier enfant et comme je suis re-tombée enceinte très rapidement, je n’ai toujours pas repris d’activité. Cela n’a pas été toujours été bien compris ou perçu par tout mon entourage, surtout par une partie de ma famille et la famille de mon mari. J’ai du expliquer mon choix. Comme j’étais et suis encore convaincue de mon choix, je n’ai pas trouvé très difficile de m’affranchir de l’avis des autres, surtout que la cessation d’activité est un choix personnel et de couple ; et que j’étais soutenue par mon mari.

C’est peut-être plus délicat quand il est question de l’enfant directement. Sur l’alimentation par exemple, c’est plus compliqué. J’ai décidé d’allaiter. Mon mari n’était pas forcément pour, parce qu’il tenait à donner le biberon. Par ailleurs, j’ai pu constater que ça pouvait mettre certaines personnes mal à l’aise, même en famille. De même des félicitations trop appuyées pouvaient me mettre mal à l’aise car j’aurai pu ne pas réussir ou ne pas vouloir allaiter. L’allaitement vs le biberon est un sujet très clivant je trouve. En tout cas, pour moi, même constat : j’étais convaincue donc le reste à suivi.

Enfin, je suis assez stricte sur le régime alimentaire de mes enfants (pas de sucre, que du bio et de préférence maison) et cela est parfois difficile à faire accepter en famille et en société. Le sucre par exemple est partout et plus l’enfant grandit; plus il est difficile de l’interdire. Idem pour les des écrans. Ce n’est pas compliqué pour moi de l’imposer car, encore une fois,  je suis convaincue mais je sens bien que je passe parfois pour quelqu’un d’extrême. Bien sur, je n’y arrive pas tout le temps mais j’essaie de faire le maximum et ça demande clairement des efforts. Mais à part ça, je n’ai pas eu à faire face à de véritables  oppositions.

Quelle est l’étape de préparation de l’arrivée de bébé que tu as préférée ? Pourquoi ? 

La préparation à l’accouchement. Lors de ma première grossesse, j’ai  suivi une préparation plutôt médicale et axée sur la méthode Bonapace. C’était bien et rassurant. Pour ma deuxième grossesse, j’ai préféré suivre une préparation sur la base de la gymnastique sensorielle. Ca m’a fait un bien fou, physiquement et mentalement.
J’ai beaucoup appris sur l’accouchement, sur mon corps notamment mon périnée ce grand inconnu, sur la grossesse, sur ce qu’est un bébé. Je n’y connaissais rien et ces cours m’ont permis de ne pas passer à coté de certaines choses et d’ainsi pouvoir les vivre pleinement (notamment sur le travail d’accouchement). C’est un tel bouleversement qu’être un peu avertie ne fait pas de mal.

Si tu pouvais créer ou contribuer à quelque chose (un objet, un service, …) en rapport avec la maternité, qu’est-ce que ce serait ? 

Quelque chose qui permettait de bien se positionner en fin de grossesse pour s’asseoir et surtout pour dormir. Le coussin d’allaitement a ses limites je trouve.
Sinon, des chaussures que l’on peut fermer sans avoir à se baisser (hors tongues évidemment !).

Si tu devais choisir une vertu, qualité que tu aimerais offrir à ton enfant pour l’aider à vivre une vie heureuse, quelle serait-elle ? 

L’intégrité

Si tu étais à nouveau enceinte aujourd’hui, que ferais tu différemment ? 

J’accorderais plus de temps à mon enfant à venir (je lui parlerai plus, avec des temps de méditation) et je tenterai peut être l’accouchement dans une maison de naissance. J’ai essayé d’accoucher sans prendre de péridurale mais je n’y suis pas arrivée jusqu’à présent.

 

Crédit photo : Annie Spratt – Unsplash

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s