Refuser les étiquettes … pour trouver sa voie / voix

J’adore l’idée qu’on peut être / peut faire plusieurs choses. L’idée d’être multiple, et de combiner ses envies. L’idée qu’on ne rentre pas dans une case. Aujourd’hui, je vous parle à cœur ouvert. Aujourd’hui, je vous raconte comment ma vie a changé, petit pas après petit pas depuis le 13 avril 2015. Bientôt 2 ans.

Il y a deux ans, j’ai quitté Paris, un CDI et l’urbanisme, pour suivre mon cœur, m’installer avec mon amoureux à Rome, bien décidée à me lancer dans ma propre activité, pour ne plus laisser personne décider à ma place de l’endroit où je dois vivre. Je suis partie avec cette belle idée en tête, cette certitude que je voulais désormais tracer ma propre route.

Mais comment trouver le chemin à emprunter ? Comment réfléchir à une nouvelle activité quand on doit complètement changer sa vision du monde, sortir du cadre de pensée de son ancien job ?  (Parce que j’étais sure d’une chose, c’était de ne pas vouloir continuer dans l’urbanisme à mon compte. J’ai adoré ce que j’ai fait mais j’avais envie d’ailleurs)

D’abord,  j’ai la chance d’être bien entourée. Le choix que nous avons fait de partir en expatriation avec mon amoureux me permettait de prendre le temps pour trouver et développer mon idée. J’ai aussi une famille au sein de laquelle le mot « entrepreneur » ne fait pas peur, au contraire il fait rêver. Mon papa est designer, à la tête de sa propre agence depuis 30 ans, alors ne pas avoir à se battre contre la réticence de ses proches, mais au contraire être assurée de leur soutien, ça donne des ailes.

Ensuite, une fois mon nouveau cadre en place (que j’aime ma belle vile de Rome, mon appartement avec son balcon donnant sur un jardin, et le fait de pouvoir parler italien tous les jours !) , il n’y avait plus qu’à. Et là, le hic. Ce sentiment de vide extrême, de compétences à construire, de devoir faire ses preuves, de confiance en soi à maintenir, et surtout cette « idée d’entreprise » à trouver. J’avais beau savoir que je voulais travailler pour moi, je voyais moins précisément dans quoi.

Et c’est là que ma quête a commencé. J’ai ouvert grand les yeux et les oreilles, pour savoir capter les idées quand elles passaient. J’ai pris des cours d’italien, pour sortir de chez moi et rencontrer du monde. Je me suis inscrite à des cours en ligne sur la gestion de projet et l’entrepreneuriat, histoire de compléter mes connaissances. J’ai intégré des réseaux d’entrepreneuses en herbe, qui m’ont permis de faire parmi mes plus belles rencontres de ces dernières années. Et surtout, j’ai fait un travail sur moi même, pour retracer mes valeurs, mes talents, mes envies.

  • De mon ancien métier, j’ai identifié ma facilité à gérer les réunions et à prendre la parole en public, le plaisir de travailler en équipe, et ma capacité à faire travailler les gens ensemble en les écoutant pour les amener à atteindre leurs objectifs.
  • De mon temps libre, j’ai apprécié donner libre cours à mes envies créatives : le tricot, la couture, le lettrage créatif ont pris en de plus en plus de place ! J’ai affiné mes techniques, découvert un monde de créatrices passionnées et passionnantes, dans l’univers du fait main et des entrepreneuses créatives.
  • De mes études, j’ai gagné en endurance, en persévérance, gage de réussite dans des concours difficiles. J’ai mis à jour mon envie de faire bouger les lignes, de m’engager pour œuvrer pour le bien public.
  • De mon introspection, je me suis souvenue de ma passion depuis toujours pour la grossesse et la maternité, des heures passées à regarder tous les épisodes de « Les Maternelles » sur France 5, de mon histoire personnelle de transmission maternelle, de mes parents designer et styliste qui m’ont transmis le goût des belles choses et un sens esthétique.

Voilà la mosaïque de mes inspirations … Comment en faire un métier ? Ma réponse a été, chemin faisant, qu’un seul métier ne suffirait pas à répondre à toutes ces aspirations. Et tant mieux parce qu’en faisant une seule chose, en agissant dans un seul cadre, je m’ennuie vite. Alors voilà, j’ai deux métiers : je suis doula/accompagnante à la naissance et j’ai une marque, My Mommy Box, avec laquelle je crée des partenariats, créatifs avec le monde des créatrices pour enfants, constructifs avec tous ceux qui font de l’accompagnement à la maternité de façon innovante, riche et intéressante. Travailler sur deux pieds est loin d’être un handicap pour moi. Bien au contraire, mes deux métiers me nourrissent et se nourrissent l’un l’autre.

Dans mon métier de doula, je mets l’humain au cœur de mon activité. J’aime les échanges dans l’intime. Je trouve que c’est important de laisser du temps et de la place à l’expression des émotions, dans un monde où tout va toujours vite et où il faut être « efficace ». Je mets mon talent d’écoute au service des autres. Aux femmes et aux couples que j’accompagne, j’ai envie de dire : « Crois en toi et en ton pouvoir de transformation. Tu as les ressources pour trouver le bonheur et l’apaisement même en pleine tempête. Les phares qui brillent dans la nuit et les ports d’attache constituent des ressources inestimables : tu as le droit de demander de l’aide, parce qu’ensemble on est plus fort ».  Je crois profondément à l’importance de soutenir les mères et les pères dans ce passage délicat de la naissance de leur famille. Parce qu’une société qui entoure les néo-familles de son attention, c’est une société qui pose les bases pour aller bien. J’y trouve du sens à mon engagement.

Dans mon métier d’entrepreneuse créative , je peux penser stratégie : de communication, de marque, de déploiement d’entreprise. Je retrouve ma casquette de chef de projet, je suis touche-à-tout : blog, graphisme/mise en page, business plan … J’ai la liberté d’explorer tous les possibles ! Pour l’instant, je mène deux projets en parallèle :

  • une box créative dédiée aux femmes enceintes. Parce que au fur et à mesure que notre ventre s’arrondit, la tête se remplit et  la créativité fuse ! Quoi de mieux que d’avoir sous la main un projet DIY à faire pour son bébé à venir ? Et bien sûr en partenariat avec des créatrices pour enfants talentueuses. A plusieurs, on est plus forts et j’aime mettre le travail des autres en valeur ;
  • un podcast sur la maternité et la créativité. J’aime discuter. Et faire des rencontres passionnantes. Je voudrais vous faire entendre et vous faire rencontrer ceux qui pensent la grossesse et la maternité avec un point de vue personnel. Qu’ils soient créateur de déco / vêtements / accessoires, journaliste, écrivain, sophrologue, sage-femme ou cuisinier, ils innovent pour nous accompagner dans notre chemin de maternité.

Je mets beaucoup d’énergie dans ce que je fais. J’ai travaillé et je travaille encore tous les jours sur mon état d’esprit pour poursuivre mon rêve, celui de marcher sur deux pieds, de faire deux métiers.

Et vous, est ce que vous faites partie de cette génération qui refusent les étiquettes, à la recherche de son « pourquoi » ? 

(crédit photo : gratisography)

 

2 réflexions sur “Refuser les étiquettes … pour trouver sa voie / voix

  1. SOPHIE CONRAD dit :

    J’aime, J’adore ! 2 pieds c’est l’assurance de l’équilibre et la certitude d’avancer !
    Et ce sont 2 beaux métiers qui font sens, qui vont dans le même sens !
    1000 bravos et pour l’exemple que tu donnes !

    J'aime

  2. Petite sittelle dit :

    Quelle belle expérience ! Merci de partager ton parcours dur ce blog. Installée à Rome depuis l’été dernier, je suis en plein questionnement, passionnée par le fait main et ton expérience m’intéresse. Un petit aperçu de ce que je dais par ici si ça t’intéresse https://petitesittelle.wordpress.com/2011/06/19/mobile-poissons-et-nenuphares/ ici un mobile pour enfants mais surtout des modèles pour femme.
    Peut-être aurons-nous l’occasion de nous croiser ?

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s